La journée de la femme au Burkina Faso

08/03/2016 -
Mise en ligne par :
Le 8 mars, c’est la journée internationale de la femme : l’occasion de revenir sur la place des femmes au Burkina Faso.

Le 8 mars, chaque année, les femmes sont à l’honneur dans le monde entier.  Au Burkina Faso, cette journée prend une ampleur toute particulière. Décrété par l’ancien président Thomas Sankara comme jour férié en 1984, la journée de la femme reste un évènement central dans ce pays qui mêle actions politiques et temps festifs. Les rencontres de femmes issues des milieux politique et associatif et les discours officiels sur la situation des femmes burkinabé sont suivis de manifestations monumentales, de défilés de milliers de femmes dans tout le pays et de fêtes populaires.

 

Cette année pour la 159ème édition de la Journée internationale de la femme c’est sous le thème « Entrepreneuriat agricole des femmes : obstacles, défis et perspectives ». Un thème pertinent dans un contexte où l’autonomisation économique des femmes en général et celles rurales en particulier, est l’une des préoccupations majeures des autorités du  pays.
 
C’est l’occasion aussi d’affirmer la place de la femme dans la société. Même si la place de la femme a évolué au Burkina Faso, il subsiste des écarts de taille dans la population où les femmes africaines sont encore victimes de la domination des hommes et de pratiques rétrogrades. Indéniablement la lutte contre l’excision, les programmes pour la réduction du travail des jeunes femmes et l’avancement de la parité à l’école mises en place depuis plusieurs années ont déjà porté leurs fruits. Néanmoins, il reste un long chemin à parcourir en termes de droits de la femme dans cette partie du monde : violences faites aux femmes, mariages forcés, etc. De plus, la femme occupe toujours une place assez faible dans les milieux éducatifs, politiques et professionnels, ce que tentent d’améliorer des femmes ministres, présidentes d’institutions ou députés qui se rassemblent pour élaborer des propositions d’actions.
 

La Case d’Alidou , membre de l’ATES, a conçu un séjour  pour un petit groupe de voyageurs, qui a eu lieu du 29 février au 11 mars, pour permettre de vivre cet événement au Burkina Faso. Ce voyage en immersion à Gon Boussougou a permis de nombreuses rencontres et des échanges avec des femmes.

Une journée a été organisée au village de Dassanga, en brousse, où les voyageurs ont été accueillis par Solange, représentante des femmes du village, qui leur a fait découvrir une initiative locale : la plateforme multifonctionnelle de lutte contre la pauvreté.

Enfin c’est à Manga que tout le groupe s'est rendu le 8 mars avec la délégation des femmes des 28 villages. Ce jour là chaque femme revêt son habit, son pagne fait avec au motif spécial 8 mars de l’année.

Toute la journée les festivités se sont déroulées, discours des autorités, défilés village par village avec des mises en scène, des débats sur le thème du 8 mars tout cela dans une belle ambiance festive et colorée.

 

Cet article vous a plu ? Inscrivez-vous à la newsletter mensuelle de l'ATES pour recevoir les actualités du tourisme équitable et solidaire !